Témoignage alopécie androgénétique : Votre histoire peut inspirer !

Témoignage alopécie
La chevelure d’Olivia Palermo : mon rêve !

Toutes les femmes rêvent de cheveux magnifiques. Malheureusement pour les femmes qui sont atteintes d’alopécie androgénétique ce n’est pas vraiment une réalité c’est évident. Ca ne l’est pas de façon “biologique” mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de solution pour autant !

On ne nait pas toutes avec de beaux cheveux c’est vrai ou le cours de la vie fait qu’on les perd parfois de façon réversible mais parfois non. Quoi qu’il en soit ce n’est pas une fatalité. C’est même avec cette idée que j’ai lancé ce site. J’ai voulu donner de l’espoir aux femmes atteintes de ce mal…

Pour moi toutes les femmes devraient avoir le droit d’arborer une belle chevelure. Par chance il existe des solutions. Qui plus est celles ci sont multiples. Je dirais qu’il y a presque autant de solutions que de femmes. Chacune peut choisir ce qui lui convient …

Cette section témoignage a pour but de montrer qu’on peut tout à fait vivre normalement avec une perte de cheveux aussi importante soit elle.

Cela commence d’ailleurs pas ne pas vous juger. Vous ne pouvez peut être rien faire contre cette perte de cheveux. Ce coté là est inéluctable mais en revanche vous pouvez aller de l’avant choisir de transformer cette épreuve difficile en force pour marcher de nouveau la tête haute.

C’est difficile c’est évident mais si on y arrive alors ce qui était un source d’angoisse devient alors notre force intérieure (parfois insoupçonnée) C’est pour cette raison que selon moi cette rubrique est indispensable. En effet parfois on a besoin d’un peu d’aide, un petit coup de pouce pour trouver cette force en soi. Lorsqu’on voit des exemples de femmes fortes vivant avec le même mal que soi alors on est rassuré et on a de l’espoir.

C’est cette inspiration que j’essayes de donner à travers mes articles mais mon expérience reste personnelle et unique. Votre expérience peut aussi inspirer car vous êtes différente de moi, votre vision et votre mode de vie le sont certainement également. Ainsi j’aimerais que vous partagiez votre expérience à travers votre témoignage alopécie.

Votre témoignage alopécie est unique car votre vie et votre expérience le sont tout autant !

J’ai déjà recueilli deux témoignages sur le site. Ils proviennent de deux femmes étrangères (Kellie d’Australie et Julia d’Allemagne) . En effet je tiens à préciser que je peux recevoir tous les témoignages (du moment qu’ils sont rédigés en français ou en anglais qui sont les deux seules langues que je maitrise.)

Les seules règles que je demande sont très simples :

  • Ne pas citer de prestataires (j’ai reçu beaucoup de pub déguisée ce n’est pas le but de cette section)
  • Vous pouvez révéler votre identité OU rester anonyme
  • Si vous avez des réseaux sociaux associés inspirants je peux tout à fait les citer comme celui de Kellie …
  • Soyez vrai, raconter votre expérience sans essayer de l’enjoliver, l’alopécie androgénétique est difficile et nous passons toutes par des moments difficiles le tout est de montrer que l’on peut s’en sortir
  • Soyez positive, essayez de penser à ce que vous aimeriez dire à votre fille ou votre meilleure amie qui serait touchée après vous par ce mal… Il s’agit juste d’être bienveillante.
  • Quelque soit votre ethnie ou votre type de cheveux vous êtes bien entendu la bienvenue. Je suis personnellement caucasienne avec les cheveux très raides. Cependant il existe des types de cheveux très différents et je souhaite représenter le plus de femmes possibles pour que chacune puisse s’identifier.
  • Comme je l’ai dit il n’y a pas qu’une seule solution mais de multiples. Je vous donne des exemples :
    • Volumateurs (amovibles ou fixes)
    • Perruques (amovibles ou collées)
    • Se raser la tête
    • Turban, chapeau …
  • Comment vous avez intégré votre solution à votre vie (famille, enfants, mari, amoureux, travail …)

J’ai vraiment hâte de vous lire !

Je vous invite à remplir ce formulaire pour me livrer votre témoignage alopécie :

Partager l'article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Chloé Simone
Fondatrice

Atteinte d’alopécie androgénétique depuis plus de 10 ans, j’ai créé ce site afin de venir en aide aux femmes qui cherchent des solutions à ce mal pour avancer en restant féminine !

Créatrice du webzine féminin Chloe Fashion Lifestyle

3 réponses

  1. Bonjour,
    J’ai 55 ans et je suis atteinte d’AAG depuis l’âge de 18 ans. J’ai longtemps culpabilisé car je pensais que ma chute de cheveux était liée à ma personnalité. En effet, lorsque je consultais des médecins généralistes, j’entendais toujours le même discours : “vous êtes trop speed, angoissée …” et de ces traits de caractère, de cette énergie, qui est en moi, ces médecins non formés et ignorants, m’ont fait culpabiliser. Très rapidement, j’ai compris que j’étais seule car mes proches tenaient également le même discours. Je me suis donc résignée et ai vécu cette perte de cheveux quotidienne et inexorable comme une fatalité. Il y a 2 ans, j’ai été consultée une dermatologue spécialiste de la chute des cheveux, à quelque mois d’intervalles de ma mère et le diagnostic est tombé : nous sommes toutes les deux atteintes d’alopécie de type androgénique, au stade 3, qui est le dernier stade de cette maladie. Cette dermatologue nous a prescrit du minoxidil bailleul 5%, 3 fois par semaine et un comprimé de finastéride 1 mg, 1 fois par semaine. Ma mère, qui avait à l’époque 75 ans a récupéré un peu de cheveux sur les trempes et sur le haut du crâne (évidemment ces nouveaux cheveux sont très fins). Chez moi, la repousse a été moins spectaculaire car j’ai récupéré un peu de cheveux uniquement sur le haut du crâne. J’ai toutefois la chance d’avoir les cheveux frisés et encore un peu de volume.
    Je témoigne pour exprimer ma colère :
    – face à tous ces médecins généralistes, qui n’ont pas su faire preuve d’empathie à mon égard et surtout de professionalisme. Ils auraient du m’orienter vers un dermatologue spécialiste de cette maladie ; aujourd’hui, ces spécialistes consultent à l’hôpital Saint Louis et au Centre Sabouraud ; toutefois, les délais d’attente sont très longs.
    – face aux laboratoires pharmaceutiques, qui préfèrent vendre toutes sortes de lotions, de shampooing miraculeux, qui ne vous feront pas repousser les cheveux. Pourquoi la recherche médicale ne s’empare t’elle pas du sujet ? Pourquoi aucune recherche sérieuse n’est t’elle menée ?

    1. Bonjour Pascale,
      Je vous remercie pour votre témoignage. Cela m’a beaucoup touché !
      Vous avez tellement raison ! Je lutte justement avec ce site pour que l’alopécie androgénétique soit enfin considérée par la médecine déjà mais aussi par la société qui minimise souvent par manque de connaissances ou encore de considération … Je ne saurais dire ce qui est le pire …
      Vous avez en effet de la chance d’avoir encore du volume et une nature de cheveux qui vous permet de cacher un peu votre alopécie …
      Je vous souhaite vraiment beaucoup de courage à vous et votre mère de tout mon coeur !
      A présent sachez que vous n’êtes pas seule ! Il y a d’autres femmes qui vivent la même chose …
      A tout bientôt !

      1. Bonjour Chloé,
        Je vous remercie pour votre message, qui m’a également touché et vous remercie pour le combat que vous menez et que j’aurais du mener, il y a 30 ans de cela. C’est un combat intergénérationnel et il ne faut pas baisser les bras.
        J’ai retrouvé l’envie de me battre à nouveau et vais essayer de trouver les moyens de faire entendre notre voix auprès des médécins spécialistes de cette maladie. J’ai constaté que des études cliniques étaient menées notamment concernant la pelade au Centre Sabouraud. Je vais donc me rappprocher de ma dermatologue pour en savoir davantage.
        A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »
Gardons le lien
Des conseils, des témoignages et des interviews pour combattre ensemble l'alopécie androgénétique.