L’histoire de mes cheveux sur 30 ans : L’évolution progressive de mon alopécie !

2020 : 37 ans la renaissance avec un volumateur

Vous m’avez beaucoup demandé comment mon alopécie est arrivée, quel type de cheveux j’avais avant et comment ils sont maintenant …

Bien que j’en ai un peu parlé dans mon premier article sur l’alopécie androgénétique, je me suis dite que j’allais vous faire un article avec photos à l’appui. Ainsi vous pourrez peut être comprendre un peu mieux l’histoire de mes cheveux …

La première photo de cet article (ci contre) est la plus récente. Elle a été prise il y a quelques mois à peine pour vous montrer mon tout premier volumateur peu après l’avoir reçu.

Je ne vous cache pas que j’étais très angoissée par ce shooting. J’ai finalement été ravie du résultat sur les photos ! Quel bonheur d’avoir (enfin) une chevelure de rêve ! J’ai même pris beaucoup de plaisir à jouer avec !

Pour vous situer un peu dans le temps, j’ai commencé à perdre mes cheveux très progressivement dés l’âge de 20 ans. A l’époque je ne me rendais compte de rien … Je pensais juste ne pas avoir été gâtée par la nature côté chevelure … J’ai réellement constaté ma perte de cheveux à 26 ans. J’ai alors perdu la moitié de mes cheveux !

Je suis donc partie à la recherche du maximum de photos montrant mes cheveux. Cela n’a clairement pas été évident. D’ailleurs toutes les photos que j’ai retrouvé ne sont pas toutes de bonne qualité vous voudrez bien m’en excuserez.

L’histoire de mes cheveux : Mon enfance au commencement …

Tout d’abord je suis née sans cheveux sur la tête. Cela est assez commun chez les bébés il n’y a pas plus de soucis que ça à se faire … Alors je vous épargnerais une photo de cette époque mais je vais vous mettre la photo d’un personnage de cartoon auquel je ressemblais (malheureusement) beaucoup. Il s’agit de Cortex dans Minus et Cortex.

Je vous rassure je n’ai jamais eu aucune intention de conquérir le monde lol mais ma tête ressemblait vraiment à ça avec mon énorme front et pas de cheveux sur le petit corps d’un bébé … Pas vraiment glorieux (Le pire étant que ma mère adore la photo en question)

Commençons par la petite enfance : de beaux cheveux mais fins !

1991 : A 8 ans là où mes cheveux furent surement les plus beaux (en meilleur santé tout du moins)

Lorsque j’étais petite fille j’étais très féminine. Je portais des robes à smocks et je ne rêvais que de cheveux longs. Mes parents n’aimaient pas trop ça en revanche. Je les ai donc très longtemps eu au carré (photo ci contre à 8 ans environ soit il y a presque 30 ans déjà) Je les ai même eu court à la garçonne vers la 6e (je vous épargnerais également la photo car c’était très moche, ça ne m’allait pas du tout)

J’ai donc eu les cheveux courts longtemps jusqu’à ce que je pratique la danse classique. Ainsi j’étais obligée de les porter longs (afin de pouvoir faire le fameux chignon de la danseuse).

1997 – 14 ans cheveux longs dégradés couleur naturelle

Je les ai alors porté longs pendant un moment. Je me rappelle cependant d’un petit problème … Ils étaient très gras ! En effet j’avais les cheveux aux racines très grasses et les pointes sèches. Lorsqu’on est enfant ce n’est pas très pratique. Mes cheveux un aspect filasse guère esthétique … Je garderai cette nature de cheveux assez contraignante très longtemps !

Je m’explique, les enfants jouent dans la cour de récréation et se salissent aisément donc si vous rajoutez à cela une nature de cheveux très rapidement sales c’est compliqué. En plus de cela j’ai toujours eu les cheveux très fins. De ce fait il s’enmélaient très vite ce qui donnait lieu à des séances de démélage … assez douloureuses …

L’adolescence et les tests qui vont avec …

by petra
1999 : A 16 ans mes cheveux … avec une frange des années 90 …

Vers 17 ans je crois j’ai commencé à me faire de légers balayages blonds. Cela a d’ailleurs permis à mes cheveux de devenir légèrement moins gras (pas un effet de dingue non plus c’était un changement léger) … Etant très pâle de peau, les reflets blonds miel illuminaient un peu mon visage…

CONSEIL : D’ailleurs sachez que colorer ses cheveux n’est pas forcément déconseillé lorsqu’on perd ses cheveux. Il suffit de ne pas trop agresser ses cheveux (éviter donc les décolorations chimiques agressives au maximum). En revanche un léger balayage peut permettre de vous gainer les cheveux et donner une impression de profondeur. Privilégiez au maximum les colorations végétales si vous le pouvez …

2000 : 17 ans cheveux courts coupe au carré

J’ai adopté une coupe que j’ai gardé très longtemps ! Il s’agit d’un mi long légèrement effilé sur le bas et dégradé tout autour du visage. J’adorais vraiment cette coupe mais bien entendu c’est une coupe qui n’est pas du tout envisageable aujourd’hui avec une perte de cheveux !

CONSEIL : En effet si vous perdez vous cheveux je vous conseille de couper assez droit vos pointes afin de ne pas avoir d’effets queue de rats… C’est pas vraiment esthétique comme rendu…

Jeune adulte : Le début de la perte de cheveux (non remarquée)

histoire de mes cheveux
2005 – 22 ans

Lorsque j’ai fait mon trichogramme on m’a affirmé que je perdais mes cheveux depuis l’âge de 20 ans ! Or je ne m’en étais pas du tout rendue compte pourtant …

Je pensais juste que je n’avais pas des cheveux extraordinaires mais cela ne me gênait pas outre mesure disons … En regardant des photos j’ai toutefois remarqué qu’effectivement que ma chevelure avait perdu en densité petit à petit …

Je n’ai pas retrouvé de photos de moi à 20 ans mais à 22 ans. A l’époque franchement j’aimais bien mes cheveux ou tout du moins je m’en accommodais parfaitement.

J’avais encore assez de cheveux. La densité était suffisante pour pouvoir les porter détachés la plupart du temps (habitude que j’ai abandonnée depuis un moment)

histoire de mes cheveux
2007 : 24 ans

Ma nature de cheveux avait juste un peu changé sur un point particulier. Ils étaient devenus très sensible au soleil ! Ainsi je devenais rapidement blonde au soleil.

De la même manière lorsque je devais refaire mon balayage la coiffeuse devait laisser poser le produit éclaircissant que très peu de temps. Cela a d’ailleurs donné lieu à 2 gros accidents de couleur.

La première fois je m’étais retrouvée blonde platine et a vouloir rattrapé la bourde, j’étais sortie 5h plus tard les cheveux brûlés … La seconde fois était une erreur du coiffeur qui s’était trompé de pigment qui m’a été brillamment rattrapé par mon coiffeur (je vous en parlais d’ailleurs dans un article détaillé sur le sujet) Même si tout est rattrapable avec des cheveux ultra sensibles nous devons faire encore plus attention ! Je vous conseille donc de ne pas tenter le diable en demandant des couleurs un peu trop éloignées de votre couleur naturelle… Le risque n’en vaut clairement pas la chandelle !

Les signes qui ont annoncé ma perte de cheveux …

histoire de mes cheveux
2008 : 25 ans cheveux mi longs

Certains signes auraient toutefois pu m’alerter sur ma perte de cheveux. En effet tout d’abord mes cheveux ne poussaient plus aussi longs qu’avant. En effet ils se cassaient à un niveau mi longs et devenaient de plus en plus filasses sur les pointes !

histoire de mes cheveux
2008 – 25 ans effet bouclé / wavy

Je commençais également à user de ruses pour donner plus de volume à mes cheveux. Par exemple j’attachais mes cheveux encore humides en chignon serré puis j’attendais qu’ils sèchent pour me détacher les cheveux. Ainsi j’avais de légères boucles mais cela ne durait que le temps de quelques instants.

Cette astuce ne fonctionne naturellement plus aujourd’hui sur mes cheveux biologiques (sans mes extensions) car ils sont trop devenus trop fins et trop fragiles pour que cela soit efficace.

Très franchement toutes les photos que je vous ai publié jusque là ne me choque pas du tout personnellement … C’est après que la situation s’est réellement gâtée. Pourtant cela ne m’a pas inquiétée de suite …

Lorsque j’ai perdu la moitié de mes cheveux !

histoire de mes cheveux
2009 : 26 ans : nattes déjà trop fines …

Fin 2008 je suis partie vivre en Australie à Sydney. C’était naturellement un autre mode de vie. Il faisait chaud. Habitant juste en face de la mer, je me baignais également souvent. C’est à cette période que ma perte s’est accentuée. Grisée par ce mode de vie exceptionnel je n’ai cependant pas remarqué ce qui était en train de m’arriver…

C’est cette photo qui aurait du me mettre la puce à l’oreille. En effet on peut voir très nettement que l’épaisseur de mes nattes étaient très fines. Aujourd’hui ma chevelure actuelle ne fait cependant même plus la largeur d’une seule de ces deux nattes…

histoire de mes cheveux
2010 – 27 ans : cheveux éparses

C’est en rentrant d’Australie l’année suivante que j’ai perdu la moitié de mes cheveux. C’était assez impressionnant pour que je commence à réellement m’inquiéter. (Je vous ai détaillé mon parcours sineux dans mon article dédié)

Je me rappelle que l’effet que je détestais le plus à ce moment là c’était le fait que mes cheveux ne soient plus assez nombreux pour faire une masse. Les cheveux apparaissent “séparés”

En effet comme vous pouvez le voir sur la photo ci contre les longueurs ne constituaient plus une masse mais des mèches filasses. Je détestais cela et d’ailleurs j’ai longtemps détesté cette photo à cause de cela. Elle marquait pourtant un bon moment étant donné qu’il s’agissait de la soirée de Noël de la dernière société dans laquelle j’ai travaillé en tant que salariée.

 

Mes ruses pour paraitre plus “chevelue” que je ne l’étais …

histoire de mes cheveux
2013 – 30 ans : coupe au carré

C’était le début du deuil de mes cheveux. Je recherchais alors des solutions pour paraitre avoir plus de cheveux que je n’en avais en réalité … J’ai commencé tout naturellement par me couper les cheveux. J’ai alors adopté un carré mi long (à mon grand désespoir adorant les cheveux longs)

Cela résolvait à moitié mon problème. J’avais toujours trop peu de cheveux pour que cela paraisse “normal”. Ainsi je plaçais souvent mes cheveux en side hair (comprendre tous du même coté) afin de les réunir et limiter la casse.

2015 – 32 ans : cheveux éparses

Mes cheveux ont continué à pousser (mais ceux perdus n’ont en revanche pas repoussé) recréant ces fameux espaces dans mes longueurs pas vraiment gracieuses.

A ce moment là mes cheveux s’étaient tellement affinés qu’on m’avait affirmé lors d’un trichogramme (non médical) que j’avais certains de mes cheveux qui étaient aussi fins que des cheveux de bébé ! Incroyable mais vrai !

Ce fût une période difficile à gérer pour moi car je commençais à comprendre que non seulement mes cheveux ne repousseraient plus mais que j’allais aussi en perdre davantage très bientôt … A ce moment j’ai commencé à perdre confiance en moi. Je me disais que je ne serais plus jamais, ne serait ce qu’un peu, jolie …

 

A la recherche des extensions idéales … ce fût pas si évident …

histoire de mes cheveux
2014 – 31 ans : extensions mais visibles

C’est à ce moment là que j’ai décidé de porter des extensions. Une amie m’en avait posé mais le résultat était un peu mitigé … En effet on voyait la démarcation et quand je bougeais les cheveux on voyait aussi les attaches micro points (je l’explique dans mon article dédié à mon parcours des extensions)

A ce moment là je suis passée par une phase difficile. En effet j’ai eu affaire à de nombreux coiffeurs m’affirmant que je n’avais plus assez de cheveux pour porter des extensions. Ainsi je m’étais quelque peu résignée …

Je me suis donc résolue à porter des extensions en version amovible à clips. C’était vraiment laid de derrière car cela se voyait mais cela donnait quelque peu l’illusion de devant sur les photos … (ce n’était pas l’idéal non plus) J’étais cependant vraiment frustrée au quotidien.

 

histoire de mes cheveux
2016 – 33 ans avec extensions à clips

Malgré les extensions amovibles mes cheveux avaient un aspect filasse que je détestais … J’ai commencé à détester l’image que je dégageais.

2016 – 33 ans : cheveux au vent

Ma chute s’aggravant de plus en plus, cela est allé de mal en pis.

Mon ennemi alors ? Le vent ! Lorsqu’il y a avait un petit coup de vent, tous mes cheveux (si légers) volaient au vent.

Tout d’abord cela était ennuyant car j’avais des cheveux partout sur le visage, dans la bouche … mais surtout ça dévoilait à mon grand désespoir mon crâne de façon très visible … C’était vraiment gênant …

 

 

Mes dernières fois chez un coiffeur classique (sans extensions) en 2016 puis 2017 – Coiffure en side hair obligée pour la photo : Mettre tous les cheveux d’un coté donne l’illusion de “masse” & ne pas avoir de trous sur les longueurs

 

2016 – 33 ans : Dernière séance photo avec mes vrais cheveux …

La fin de l’histoire de mes cheveux : Ma solution !

histoire de mes cheveux
2015 – 32 ans : Extensions micro rings

J’ai alors reporté des extensions pour un travail où je devais avoir une bonne image (une émission de télévision à laquelle j’ai choisi de ne finalement pas participer)

Le résultat étant toujours assez décevant je n’ai pas reporté des extensions jusqu’à ce que je trouve fin 2018 un salon spécialisé en extensions qui puisse me donner vraiment satisfaction. En effet j’ai alors pu porter des extensions parfaitement indétectables !

Avant mon dernier shooting d’il y a quelques mois je n’avais laissé personne me prendre en photo depuis 2017 car même avec des extensions à clips c’était trop décevant je trouvais que le rendu était moche,s j’en faisais une obsession …

Quand on a un complexe, quel qu’il soit, on fait une fixation dessus. On pense alors que ce défaut important ou minime gâche tout le reste. J’avais beau être mince, paraitre plus jeune que mon âge, je détestais l’image que le miroir me renvoyait … Heureusement pour moi j’ai pu trouver une solution avec les extensions et les volumateurs. Malgré cela, il m’a cependant fallu plus d’une année avant de permettre qu’on me reprenne en photo ! Mon image avait peut être changé mais je devais reprendre confiance en moi … Ce n’est pas si évident …

Extensions micro rings : Un remède possible contre la perte de cheveux ?
histoire de mes cheveux
2017 – 34 ans : Dernier shooting avant 2020

En effet voici les dernières photos de mes vrais cheveux sans extensions (ci dessous) qui m’attristent beaucoup … Elles datent déjà d’il y a 2 ans. D’ailleurs depuis l’arrêt d’Androcur à la fin de l’année dernière j’en ai encore perdu davantage. J’ai maintenant des trous bien visibles en dehors de la zone de la raie (situés sur le dessus du crâne à l’arrière)

Je n’ai pas de photos de face car vous vous doutez bien que lorsqu’on a si peu de cheveux on n’aime pas trop qu’on nous prenne en photo (d’où mon refus de photos depuis si longtemps). J’ai tout de même pris ces photos à titre indicatif afin de vous montrer l’étendue des dégâts que j’arrive tout de même à cacher au quotidien.

Mais je vous ferai des photos avant / après ma prochaine repose d’extensions afin que vous puissiez vous rendre compte. Mon but n’est certainement pas de vous exposer “ma misère” mais plutôt de vous montrer que même dans des cas de forte perte de cheveux  il y a toujours des solutions !

2018 – 35 ans : Mes cheveux biologiques (sans extensions) de derrière et sur le dessus du crâne.

L’histoire de mes cheveux n’est pas finie : Je regarde à présent vers l’avenir après avoir fait le deuil de mes cheveux !

2020 – 36 ans : Avec mes extensions & mes lunettes (ça j’aime moins)

Aujourd’hui j’ai donc repris les looks pour mon site principal et j’adore ça je dois dire ! J’ai hâte d’en faire d’autres de nouveau !

J’ai aussi un projet à venir que j’ai hâte de vous dévoiler ! J’espère qu’il vous plaira ! Mon but est de montrer qu’on peut rester féminine tout en étant atteinte d’alopécie androgénétique. On peut toutes y arriver ! Soyez en sures !

Il suffit de s’adapter avec les nombreuses solutions qui s’offrent à nous. Personnellement j’ai opté pour les extensions au quotidien et le volumateur occasionnellement mais votre solution sera peut être différente …

Alors s’il vous plait ne perdez pas espoir ! Si je vous ai raconté l’histoire de mes cheveux c’est pour vous montrer que j’ai aussi eu des hauts et des bas mais il y a des solutions qui nous permettrons de vous sentir mieux et même belles !

L’alopécie chez la femme est assurément un coup dur à encaisser. On perd sa confiance en soit, on se sent moins femme. Il faut apprendre à faire le deuil de ses propres cheveux et accepter de nouveaux cheveux magnifiques comme un cadeau merveilleux que vous a fait une autre femme qui a été plus gâtée par la nature …

Mon premier volumateur : Mon parcours pour trouver le modèle qui me convient !
2020 – 36 ans : Mon premier shooting avec un volumateur !
Partager l'article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Chloé Simone
Fondatrice

Atteinte d’alopécie androgénétique depuis plus de 10 ans, j’ai créé ce site afin de venir en aide aux femmes qui cherchent des solutions à ce mal pour avancer en restant féminine !

Créatrice du webzine féminin Chloe Fashion Lifestyle

4 réponses

  1. Bonjour Chloé,

    Je voulais te demander si tu voyais tes cheveux tomber par masse ou si c’était une chute assez classique sans repousse. Par exemple quand tu te lavais les cheveux est ce que tu en récupérait énormément au fond de ta baignoire ou pratiquement rien etc … Je sais que pas mal de filles atteintes d’alopécie androgenetique ont une chute de cheveux normale mais leurs cheveux ne repoussent plus.
    Bonne soirée

    1. Bonjour Mélanie,

      Alors en ce qui me concerne j’ai eu une perte diffuse et progressive et comme tu peux le voir sur les photos je n’ai jamais eu beaucoup de cheveux non plus. En conséquent lorsque j’ai commencé à perdre mes cheveux je ne l’ai jamais constaté par des cheveux dans la baignoire après un shampoing ou encore au brossage …
      La seule chose que je constatais c’est des petites boules de cheveux que je récupérais dans le sèche linge du aux cheveux que je perdais et qui se déposais sur mes vêtements mais rien de dingue … Ah oui j’en retrouvais aussi dans le balai de l’aspirateur mais rien d’anormal là dedans …
      En effet il y a beaucoup de femmes atteintes d’alopécie androgénétique (ou autre) qui perde leur cheveux sans que ça soit par poignées !
      Cela varie aussi forcément de ton type de cheveux au départ. Si tu as les cheveux foncés et épais tu les verras sur tes vêtements par exemple, en ce qui me concerne j’ai toujours eu les cheveux ultra fins et assez clairs donc c’était quasiment invisible sur mes vêtements.
      Voilà j’espère avoir répondu à ta question !
      Bonne journée à toi !

  2. Coucou,
    Merci beaucoup pour ton témoignage qui me redonne espoir.
    Dans quel institut fais-tu poser tes extensions ? Et ou as-tu acheté ton volumateur ?
    Tu es vraiment magnifique.
    Merci encore
    Christelle

    1. Hello Christelle,
      Je t’en prie ! Je fais mes extensions au salon Hair Glam à Paris je te les recommande vivement ils ont changé ma vie !
      Je n’ai jamais eu de pose d’extensions indétectables avant eux !
      Pour mon volumateur je l’ai eu sur le site australien Lusta Hair.
      Merci vraiment à toi pour ces gentils compliments !
      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »
Gardons le lien
Des conseils, des témoignages et des interviews pour combattre ensemble l'alopécie androgénétique.