Apprendre à s’assumer avec l’alopécie sans chercher à être parfaite !

Apprendre à s'assumer avec l'Alopécie
Moi maquillée, bien habillée avec un volumateur

Tout a commencé avec une simple remarque d’une copine. Elle m’a affirmé que de toute façon “sans maquillage on étaient toutes dégueulasses”. J’avoue que j’ai trouvé son infirmation d’une violence inouïe. Tout particulièrement parce que celle ci s’adressait avant tout à elle même.

Cela m’a amené à réfléchir sur le fait qu’effectivement je me montrais moi même très peu sur les réseaux sociaux. La raison est toute simple. Comme toute femme je souffre de la comparaison. C’est humain et naturel de se comparer me direz vous, c’est sur. C’est évident mais lorsqu’on se compare trop on finis par en souffrir.

Ainsi on est de plus en plus dur avec soi même. On voit des pléiades de femmes toutes plus belles les unes que les autres sur instagram. On se trouve donc bien quelconques en comparaison forcément … Alors qu’on devrait se rappeler que derrière une photo instagram il y a un photographe, la bonne pose, le bon angle, la bonne lumière, le maquillage et surtout les fameuses retouches photoshop ! Comme j’ai coutume de dire “même Miranda Kerr (remplacer par le top / influenceuse de votre choix) ne ressemble pas à Miranda Kerr dans les magazines”

Au fil du temps ce quelconque, banal finit par se transformer en laide voir même “dégueulasse” comme ma copine l’a affirmé avec un aplomb extraordinaire. Même lorsque je lui ai signalé qu’elle exagérait tout de même et que c’était faux qu’elle était tout sauf dégueulasse, elle m’a rétorqué que j’avais tort. Cela m’a fait beaucoup de peine je dois dire. Nous ne devrions pas être si dure envers nous même !

De passionnée de mode à femme perdant ses cheveux : L’alopécie a remis en cause ma façon de me définir …

J’ai commencé à perdre mes cheveux à l’âge de 20 ans et je m’en suis vraiment rendue compte à 26 ans lorsque j’ai perdu la moitié de ma chevelure. (voir l’histoire de mes cheveux sur 30 ans). Avant cela j’ai toujours été coquette. Je me suis même passionnée pour la mode (au point de créer mon propre webzine mode / lifestyle). La mode m’a donné confiance en moi. Lorsque je portais une belle tenue, je me sentais sure de moi. La mode m’a donné cette force vitale qui me manquait. Alors oui en soit c’est une façon se transformer bien que je le voyais plus comme une façon de me sublimer. Comme dirait Rachel Zoe « Le style est une manière de dire qui vous êtes sans parler. » J’aimais cette citation, j’ai décidé en quelque sorte de me l’approprier pour m’affirmer en tant que femme.

Apprendre à s'assumer avec l'Alopécie
La mode m’a permise de m’affirmer en tant que femme. M’habiller me donnait ma force vitale !

 

Quand j’ai commencé à perdre tellement de cheveux que je n’arborais qu’une très maigre chevelure que cela ne ressemblait plus à grand chose, j’ai eu l’impression que je ne serais plus jamais jolie. Je me disais même “à quoi bon mettre une belle tenue de toute façon avec ma queue de rat en guise de cheveux je ne ressemblerais à rien” … J’avais l’impression que j’avais été trahie par mon propre corps avec cette perte de cheveux que je subissais sans pouvoir rien faire pour y remédier … J’étais impuissante devant la féminité à laquelle je tenais tant qui se faisait la malle … C’était pour moi une réelle injustice que je ne pouvais que subir.

L’alopécie : Ma “tare” m’a donné la force nécessaire pour m’assumer telle que je suis !

Nous avons toutes la possibilité de nous mettre en valeur que ce soit avec la mode, le maquillage … ou encore une coiffure … Seulement c’est là que le bas blesse, lorsqu’on est atteinte d’alopécie, il est quelque peu difficile de sublimer quoi que ce soit coté cheveux. Notre chevelure n’est pas exactement mon point fort désormais c’est le moins qu’on puisse dire…

Peu à peu je voyais donc ma féminité et la possibilité d’être jolie s’envoler au profit de cette fichue pathologie. Je me suis sentie de plus en plus mal dans ma peau et ma confiance en moi diminuait également fortement. Heureusement j’ai trouvé une solution cosmétique d’une part avec les extensions que je me suis mise à porter en permanence ainsi que le volumateur de manière ponctuelle.

Quand j’ai créé ce site je voulais aider des femmes souffrant d’alopécie androgénétique (car il s’agit là plus que d’une simple pathologie physique d’une réelle souffrance psychologique que subissent les femmes). Seulement je voulais insister sur mon credo qui est pour moi essentielle :

Vous ne vous définissez PAS par votre perte de cheveux, vous êtes des femmes avant tout !

Il est pour moi très important de faire cette distinction afin de ne pas subir la pathologie mais au contraire non seulement vivre avec mais prendre le dessus. J’ai donc bien entendu travaillé sur moi même afin de pouvoir le mieux possible “donner l’exemple” de ce credo que je défends … Apprendre à s’assumer avec l’Alopécie c’est ne pas laisser l’alopécie prendre le contrôle de notre vie !

Oser se montrer au naturel sur les réseaux pour Apprendre à s’assumer avec l’Alopécie !

Apprendre à s'assumer avec l'Alopécie
Moi pas maquillée avec des lunettes & mes cheveux biologiques

Ainsi le 7 juin j’ai décidé de sortir de ma zone de confort et de publier sur mon compte instagram une photo de moi (toujours dans mes stories à la une catégorie alopécie) de façon parfaitement naturelle sans tricher :

  • Sans maquillage
  • Avec mes lunettes (je déteste me voir avec)
  • Sans extensions ni volumateur
  • Avec mes propres cheveux biologiques
  • Avec mes deux petites tresses maigrelettes
  • Pas bien habillée en simple T-shirt

 

Cette tête je l’ai très sincèrement la plupart du temps lorsque je suis seule chez moi. Comme je suis indépendante je travaille de chez moi donc c’est mon état naturel. Mes voisins me connaissent ainsi, mes amis et ma famille aussi. Je ne me trouve pas canon certes. J’ai d’ailleurs souvent la remarque de personnes voyant mes photos qui me disent “ah tu es bien mieux en photo” c’est toujours agréable à attendre hein …

J’ai publié cette photo suite à la remarque de ma copine. Cela m’a fait un peu peur. Je me suis dite que les gens allaient penser que je n’étais pas très belle “en vrai”. A ma grande surprise je n’ai jamais eu autant de messages privés me félicitant de ma démarche. J’ai été sincèrement très touchée par les messages que j’ai pu recevoir.

Apprendre à s’assumer avec l’Alopécie c’est aussi oser se montrer au naturel sans gène !

Ces messages d’encouragement ne pouvaient pas mieux tomber. En effet j’avais décidé alors de retirer mes extensions afin de porter mes cheveux au naturel pendant tout l’été. J’ai donc été retiré mes extensions le 12 Mai et je ne compte pas les remettre avant la rentrée de septembre. Je voulais les laisser vivre un peu leur vie sans m’en préoccuper, ne pas avoir à entretenir mes extensions …

Au départ j’anticipais un peu ma décision. Je savais que j’allais voir peu de monde ayant décidé de quitter Paris tout l’été ! Je n’allais cependant pas dans un couvent non plus ! Finalement je suis aussi restée à Paris un mois avant de partir. Je me rappelle la première fois que je suis sortie pour faire une course. Je pensais que tout le monde m’observait et devaient remarquer ma maigre chevelure et devaient avoir pitié. Etrangement j’avais eu exactement le même ressenti lorsque j’ai mis mon volumateur pour la première fois en public. Que faut il en conclure ? Il s’agit là de mon ressenti personnel, ma peur au ventre et mes craintes et nullement du regards des autres. De plus vous savez les gens ne vous regardent pas tout simplement parce qu’ils s’en fichent pas mal … C’est bête à dire mais tellement vrai. Apprendre à s’assumer avec l’Alopécie c’est aussi se moquer du regard des autres.

Mon expérience de lâcher-prise en osant porter mes cheveux au naturel !

Au jour où je vous écrit cela fait déjà presque déjà 2 mois que je suis dans cet “état naturel” et finalement je m’en porte pas si mal. Je me suis habituée et surtout j’estime que quelqu’un qui me jugerait uniquement sur mon physique ne vaut pas le coup d’être connu donc c’est une bonne chose si il passe son chemin. Et vous savez quoi ? Je n’ai eu absolument aucune remarque de qui que ce soit (encore une fois les gens se fichent de vos défauts).

Je me coiffe avec une queue de cheval (même si elle fait queue de rat) une natte ou encore un micro chignon (même si ça fait ridicule) j’évite juste de les laisser lâchés car c’est vrai que ce n’est franchement pas terrible et c’est ainsi que l’alopécie se voit le plus. Je ne veux pas non plus paraitre “négligée” ou avoir l’image d’une femme qui ne prend pas soin d’elle ou se fiche complètement de son apparence.

Je dirais donc que’ apprendre à s’assumer avec l’Alopécie cela peut être trouver un complément capillaire qui nous convienne (extensions, volumateur, perruques) mais aussi s’accepter telle que l’on est ! Ce n’est pas du tout incompatible et personnellement je compte bien varier avec les deux options !

La société nous demande d’être parfaite en permanence avec souvent des injonctions antinomiques d’ailleurs :

  • Mince mais bonne vivante surtout pas au régime
  • Magnifique mais pas superficielle non plus
  • Naturelle sans trop de maquillage mais avec aucun défaut
  • Apprêtée élégante mais pas obsédée par son apparence
  • Discrète mais ayant de la personnalité …

 

Faire le deuil de ses cheveux puis lâchez-prise pour vivre son alopécie plus sereinement !

Essayons de lâcher-prise 5 minutes. Regardez autour de vous. Est ce que vos amis vous aiment pour vos cheveux ? Si c’est le cas je vous conseille très sincèrement d’en changer vous ne vous en porterez que mieux … Bien sur je ne suis pas hypocrite, j’aime me sentir jolie mais je ne veux pas me l’imposer en permanence et surtout je ne m’estime pas laide si je ne fais pas d’effort particulier. J’aimerais toujours la mode mais si je veux trainer en T-shirt / legging chez moi ou même pour aller faire une course j’en ai parfaitement le droit et cela ne devrait choquer personne.

Depuis que j’ai lancé ce site j’ai eu l’occasion de recueillir beaucoup de témoignages de femmes fortes qui ont réussi à parfaitement intégrer l’alopécie dans leur vie et n’en souffrent plus autant aujourd’hui (voir pas du tout). On est toutes d’accord sur un point crucial : Il faut apprendre à faire le deuil de ses propres cheveux. Je ne vous dirais pas que c’est facile mais après cela tout va tellement mieux ! Alors peut être n’en êtes vous pas à mon stade d’acceptation mais j’espère que vous y serez bientôt ! Apprendre à s’assumer avec l’Alopécie c’est simplement ça …

Etre soi même avec ou sans cheveux c’est mon choix !

Aujourd’hui je me sens moi même autant avec mes extensions qu’avec mes cheveux naturels. Aucune femme ne devrait avoir honte de ne pas avoir une chevelure abondante. Mes cheveux ne sont pas beaux et alors ? Je ne devrais pas avoir à me cacher absolument, me soustraire aux regards des autres sous prétexte que je ne suis pas parfaite en tous points. Tout le monde a des défauts c’est un des miens qu’importe qu’il est assez peu commun. Je m’assume finalement assez bien sans cheveux.

En revanche cela n’exclut pas le fait que j’ai le droit de choisir. Si j’ai envie de porter des extensions comme je le fais à l’accoutumée régulièrement, c’est mon choix. Je n’estime pas que je triche ou que je suis superficielle pour autant. Ce n’est pas non plus “cacher ou ne pas assumer mon alopécie” de porter un quelconque complément capillaire. J’ai aussi le droit de me sentir féminine et de mettre en valeur sa beauté comme d’autres femmes le feraient de façon très commune avec du maquillage.

Partager l'article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Chloé Simone
Fondatrice

Atteinte d’alopécie androgénétique depuis plus de 10 ans, j’ai créé ce site afin de venir en aide aux femmes qui cherchent des solutions à ce mal pour avancer en restant féminine !

Créatrice du webzine féminin Chloe Fashion Lifestyle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »
Gardons le lien
Des conseils, des témoignages et des interviews pour combattre ensemble l'alopécie androgénétique.