Strands & Sparrows 🇵🇷 Mon alopĂ©cie m’a apportĂ© une force de rĂ©silience !

Strands & SparrowsInstagram m’a permis de rencontrer une multitude de jeunes femmes atteintes d’alopĂ©cie androgĂ©nĂ©tique. Il est vrai que chacune d’entre nous a un parcours un peu similaire en terme de ressenti. En revanche nous avons toutes une façon diffĂ©rente de vivre son alopĂ©cie.

Chacune trouve sa solution et sa façon de surpasser cette Ă©preuve de la vie. Elle Ă©prouve notre fĂ©minitĂ© mais nombre de ces femmes en ressortent plus fortes ! Chacune trouve cette force au fond d’elle afin d’avancer dans sa vie la tĂŞte haute avec dĂ©termination.

Le point commun de toutes les femmes que j’ai pu faire tĂ©moigner est qu’elles ont Ă  coeur de se montrer comme un exemple. Ceci afin de dĂ©montrer qu’on ne se dĂ©finit pas en tant que femme par nos cheveux !

Kayla de Strands & Sparrows est une jeune amĂ©ricaine qui ne fait pas exception. Son tĂ©moignage m’a Ă©mue car elle a trouvĂ© sa force dans sa foi. Sa croyance en Dieu l’a aidĂ©e Ă  avancer et Ă  son tour Ă  aider les autres. Que vous soyez croyante ou athĂ©e on ne peut qu’admirer sa force de rĂ©silience.

Kayla est rĂ©ellement une jeune femme exemplaire qui a subit plusieurs Ă©preuves. MalgrĂ© cela elle a tenu bon. Elle a eu des phases de doutes (comme nous toutes) mais elle a su croire en sa destinĂ©e afin d’aider d’autres femmes Ă  s’en sortir ! Je me retrouve d’ailleurs personnellement Ă©normĂ©ment dans son histoire. Je partage avec elle certaine expĂ©riences ou encore vision des choses. C’est ce qui m’a touchĂ© chez elle je pense Ă©galement.

L’histoire de Kayla (Strands & Sparrows) : Son destin n’est en rien dĂ» au hasard !

On ne devient pas nĂ©cessairement la personne qu’on imaginait ĂŞtre mais c’est peut ĂŞtre un mal pour un bien …

Je m’appelle Kayla et j’ai 34 ans. D‘origine portoricaine, je suis nĂ©e et j’ai grandi aux États-Unis, en Nouvelle-Angleterre plus prĂ©cisĂ©ment. (Retrouvez aussi le tĂ©moignage de l’amĂ©ricaine Alopecia Fashionista) Je suis une femme mais aussi une sĹ“ur, une Ă©pouse, une mère, une amie et je suis une femme sauvĂ©e grâce Ă  Dieu de l’alopĂ©cie androgĂ©nique.

Quand j’Ă©tais petite, je n’avais jamais pensĂ© Ă  la perte de cheveux. En grandissant, je voulais ĂŞtre une ballerine. Je n’ai cependant pas commencĂ© Ă  danser Ă  un très jeune âge comme la plupart des gens, j’ai commencĂ© Ă  danser plus tard Ă  l’âge de neuf ans. Mon instructeur a dit Ă  ma mère après une semaine de danse que j’avais ce qu’il fallait. Elle m’a alors poussĂ©e Ă  suivre un cours avancĂ© et c’est lĂ  que je suis vraiment tombĂ©e amoureuse du ballet. La première fois que j’ai enfilĂ© mes pointes a Ă©tĂ© un moment magique et je me sentais si bien. Avance rapide 15 ans plus tard. Bien que je ne sois jamais devenue la première danseuse que je rĂŞvais d’ĂŞtre, j’ai vĂ©cu quelque chose que je n’avais absolument jamais rĂŞvĂ© d’avoir … Ce fĂ»t la perte de cheveux …

Strands & Sparrows

Atteinte d’ovaires polykystiques (SOPK) & d’alopĂ©cie androgĂ©nĂ©tique mais non rĂ©signĂ©e :

Tout essayer pour rĂ©soudre sa perte de cheveux peut mener Ă  l’augmentation de son anxiĂ©tĂ© …

J’ai commencĂ© Ă  subir une perte de cheveux après avoir donnĂ© naissance Ă  mon fils en 2009, j’avais alors 23 ans. J’ai commencĂ© Ă  remarquer une perte importante de cheveux. Cependant ils ne repoussaient pas alors que mon corps commençait Ă  se remettre normalement après l’accouchement.

J’ai eu une sĂ©rie de tests / analyses sanguines dans lesquelles j’ai dĂ©couvert plus tard que j’avais l’alopĂ©cie androgĂ©nĂ©tique (AAG) qui est en partie due Ă  la gĂ©nĂ©tique mais Ă©galement au syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) qui est Ă©galement un facteur contributif.

J’ai alors tout essayé ! Des toniques, des shampooings et revitalisants spĂ©cifiques accompagnĂ©s d’un an de traitement au laser dans lequel je me suis assise sous des lasers deux fois par semaine pendant environ une heure par sĂ©ance. Le traitement lui-mĂŞme n’Ă©tait pas bon marchĂ©, mais ce qui est devenu plus un fardeau Ă©tait le fait que le traitement ne faisait rien pour moi, absolument rien.

Au dĂ©but de mon parcours de perte de cheveux, j’Ă©tais très vulnĂ©rable. En consĂ©quent, j’avais dĂ©sespĂ©rĂ©ment envie d’essayer tout et n’importe quoi, ne rĂ©alisant pas qu’il n’y a juste aucun remède pour l’AAG.

Mon anxiĂ©tĂ© s’est alors intensifiĂ©e alors que mes mèches de cheveux bouclĂ©s continuaient de tomber et je suis devenue dĂ©primĂ©e Ă  cause de cela. Pendant un certain temps, je n’ai pas vĂ©cu la vie au maximum, je ne me souciais pas non plus de mon apparence car je n’avais plus la mĂŞme couronne de boucles avec laquelle j’avais grandi pour complĂ©ter le look avec une belle tenue.

L’alopĂ©cie : Un mal peu acceptĂ© en sociĂ©tĂ© qui dĂ©finit les cheveux comme une “norme fĂ©minine”

La vĂ©ritĂ© est un mal très peu acceptĂ© de façon sociĂ©tale, mĂŞme involontairement. En tant que femmes, nous sommes conditionnĂ©es Ă  croire que nos cheveux sont une sorte de couronne. En rĂ©alitĂ© ce n’est qu’une couronne superficielle. A cette “loterie gĂ©nĂ©tique” si vous avez beaucoup de cheveux vous avez gagnĂ©.

De mĂŞme l’enfant parfait doit avoir beaucoup de cheveux ,c’est un signe de bonne santĂ©. Nous avons des publicitĂ©s pour montrant des cheveux magnifiques, de mĂŞme sur les rĂ©seaux sociaux, etc. Nous pouvons les remercier pour cette propagande Ă  la chevelure parfaite.

Je ne m’en suis pas rendue compte tout de suite, mais je suis devenue prisonnière de ma perte de cheveux. Pourquoi ? Parce que je croyais Ă  ces mensonges largement rĂ©pandus de manière plus ou moins subtile. Je croyais en quelque sorte que je n’étais  attirante et pleinement moi-mĂŞme que si j’avais des cheveux. Plus tard, je me suis rendue compte que c’était un gros mensonge.

Un jour, l’idĂ©e de porter des perruques m’est venue Ă  l’esprit, mais j’ai rapidement Ă©cartĂ© cette pensĂ©e parce que pour moi, il me semblait que porter des perruques Ă©tait tabou, en particulier pour quelqu’un d’aussi jeune que moi.

J’ai acceptĂ© de porter des perruques (non sans mal pour en trouver une adaptĂ©e) mais cela m’a permis de renaitre !

Strands & SparrowsAvance rapide de quelques annĂ©es de plus, cela fait alors 5 ans que je perds mes cheveux. J’en avais assez ! Avez-vous dĂ©jĂ  entendu ces gens qui vous affirment qu’ils sont fatiguĂ©s d’être malade et fatiguĂ© ? Eh bien, c’était moi Ă  ce stade, j’en avais assez de ne pas aimer ce que je voyais dans le miroir et de ne pas ĂŞtre moi-mĂŞme Ă  cause de quelque chose que je n’avais pas demandĂ©.

Pendant 5 ans, j’avais Ă©tĂ© mon pire ennemi me harcelant moi-mĂŞme avec des mots que je n’aurais jamais dit Ă  une autre personne. J’ai mĂŞme manquĂ© beaucoup de choses dans ma vie qui auraient pu me faire de beaux souvenirs Ă  cause de ma perte de cheveux.

J’ai rĂ©alisĂ© grâce Ă  des recherches que de nombreuses femmes portaient des faux cheveux, qu’il s’agisse d’extensions, de volumateurs ou de perruques Il est mĂŞme probable que votre chanteuse ou actrice prĂ©fĂ©rĂ©e en ait portĂ© un assez souvent.

Une fois que je me suis renseignĂ©e sur les perruques, je suis devenue plus Ă  l’aise avec l’idĂ©e d’en porter une. Je me suis aventurĂ©e dans quelques magasins de perruques, mais je suis partie encore plus dĂ©couragĂ©e que lorsque j’Ă©tais entrĂ©e. Je n’ai pas eu les meilleures expĂ©riences avec le personnel et je n’ai pas pu essayer ce qui m’intĂ©ressait rĂ©ellement.

Trouver une perruque qui nous convient n’est pas un parcours facile mais une fois l’Ă©tape franchie on est si bien !

J’ai pris une pause dans mes recherches et j’ai trouvĂ© le courage de rechercher Ă  nouveau. Cette fois cependant cela a Ă©tĂ© diffĂ©rent, j’ai trouvĂ© la personne que j’appellerai ma «mère aux cheveux de fĂ©e» !

Il s’agissait d’une belle femme. C’est une survivante du cancer qui a ouvert sa propre boutique de perruques afin d’aider d’autres femmes comme moi. C’est sa patience et sa compassion qui ont rendu la dĂ©cision de porter et d’acheter une perruque beaucoup plus facile. Je lui suis Ă©ternellement redevable d’amour et de soutien !

Alors que porter des perruques devenait plus facile et que ma confiance commençait à revenir à chaque fois que je mettais ma perruque, il y avait encore cette partie de moi qui avait honte et était gênée par ma perte de cheveux.

Je n’ai jamais Ă©tĂ© ouverte sur ma perte de cheveux en dehors de ma famille immĂ©diate et peut-ĂŞtre de 3 amis proches Ă  l’Ă©poque. Je savais que mon «secret» n’Ă©tait pas quelque chose dont je devais avoir honte.

Ainsi mon dĂ©sir et mon objectif ultime Ă©taient d’ĂŞtre complètement ouverte sur cette Ă©preuve de vie ce que je traversais Ă  travers la perte de mes cheveux.

 

 

Instagram regorge de femmes atteintes d’alopĂ©cie inspirantes qui aident Ă  avancer !

J’ai commencĂ© Ă  suivre sur les rĂ©seaux quelques femmes qui racontaient le rĂ©cit de leur perte de cheveux, je restais cependant dans l’ombre. Ce qui signifie que je n’ai jamais commentĂ© ni aimĂ© aucune photo, mais j’admirais secrètement chaque beautĂ© qui partageait sa vĂ©ritĂ© brute. C’est leur courage qui a mis dans mon cĹ“ur l’envie de partager comme elles un jour. L’objectif Ă  l’esprit Ă©tait d’ĂŞtre sincère Ă  100% sur ma perte de cheveux afin de travailler Ă  l’acceptation afin d’être certaine que je ne me dĂ©finissais PAS par mes cheveux !

La création de mon compte instgram Strands & Sparrows !

Strands & SparrowsCe désir est devenu une réalité 2 ans plus tard, 8 ans après le début de mon parcours de perte de cheveux.

En tant que chrĂ©tienne, il est important de noter que mon identitĂ© est dĂ©finit par le Christ et bien que je connaisse cette vĂ©ritĂ©, je peux l’oublier de temps en temps.

Je suis aussi un ĂŞtre imparfait qui laisse son identitĂ© s’envelopper dans des choses physiques et superficielles, comme mes cheveux.

Quand il s’agissait de crĂ©er un nom pour ma page instagram Strands & Sparrows, je savais que je voulais non seulement reflĂ©ter l’Ă©vidence de la perte de cheveux, mais aussi Ă  quel point Dieu est bon dans ma vie.

 

La foi m’a aidĂ© dans mon cheminement d’acceptation et m’a aidĂ© Ă  trouver ma voix Ă  travers l’alopĂ©cie !

Je suis une femme de foi qui croit chaque mot Ă©crit dans la Bible. Je n’ai pas toutes les rĂ©ponses et je ne connais pas toujours les “pourquoi?” mais je sais que tout comme les yeux de Dieu sont sur le moindre petit moineau. Ainsi de combien plus son amour pour moi? Dans chaque partie de ma vie, le bien et le mal, j’ai vu et ressenti la main de Dieu dans le chemin de ma vie. Je vois aussi cela quand il s’agit de mon parcours avec la perte de cheveux. Tous les cheveux de ma tĂŞte sont numĂ©rotĂ©s. IndĂ©pendamment du manque de mèches (des brins) mĂŞme s’ils me manquent terriblement, je trouve rĂ©confort et joie de savoir que je suis pleinement connue par le Dieu de l’univers entier. Et ainsi, @strandsandsparrows a vu le jour grâce au soutien supplĂ©mentaire de ma famille et de mes amis proches.

Pourquoi des brins et des moineaux ? Parce que “deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ? Pourtant, aucun d’entre eux ne tombera par terre en dehors des soins de votre Père. Et mĂŞme les cheveux mĂŞmes de votre tĂŞte sont tous comptĂ©s. Alors n’ayez pas peur, vous valez plus que beaucoup de moineaux. ” – Matthieu 10: 29-31 Mon logo est un moineau tenant une brin dans son bec, mon brin ou la reprĂ©sentation de plusieurs qui sont tombĂ©s.

En commençant Ă  partager mon histoire, je suis devenue plus forte et moins concernĂ©e. Ce qui Ă©tait autrefois un fardeau et me consommait ne m’affecte dĂ©sormais plus de cette façon. En partageant plus, j’ai Ă©galement vu comment cela encourageait et affectait d’autres femmes qui traversaient la mĂŞme chose que moi. Quand elles ont Ă©tĂ© encouragĂ©es, je suis devenue encore plus encouragĂ©e moi-mĂŞme Ă  continuer. Cela est devenu vĂ©ritablement galvanisant ! Non seulement je peux partager mon parcours, mais j’ai maintenant une plate-forme pour partager ce qui est la chose la plus importante qui puisse jamais ĂŞtre partagĂ©e et c’est l’Évangile ! (Jean 3:16)

Quand je suis nĂ©, Dieu connaissait mon chemin. Il savait qu’Il me bĂ©nirait avec de beaux cheveux noirs, longs et bouclĂ©s. Il savait aussi qu’un jour cela me serait enlevĂ©, mais Il savait aussi quel objectif plus grand cela apporterait non seulement Ă  moi-mĂŞme mais aux autres avec qui je pourrai partager.

La rĂ©silience n’est pas la rĂ©signation mais l’acceptation de l’alopĂ©cie  pour aider d’autres femmes !

Croyez-moi ! Je l’ai interrogĂ© avec colère et larmes, mais plus maintenant. Pour ĂŞtre sincère, je ne comprends pas toujours, mais je choisis de faire confiance. “Je peux maintenant sourire parce que mĂŞme si je ne l’ai pas tout Ă  fait, Dieu me tient en vie.”

Strands & Sparrows

Des gens m’ont demandĂ© comment je pouvais sourire sur des photos qui me reprĂ©sentaient avec une boule de cheveux Ă  la main et un cuir chevelu laissant apparaitre mon crâne. Eh bien, tout ce que je peux dire, c’est que je n’ai pas toujours souri ou volontairement pris des photos en tant que telles.

Voir une photo montrant mon vrai moi n’Ă©tait pas exactement quelque chose que je voulais enregistrer dans ma galerie de photos et encore moins partager avec le monde.

C’est devenu moins Ă  propos de moi et plus pour la belle âme qui lisait mes messages. Tout simplement parce que je sais ce qu’elle ressent et ce qu’elle vit. Je suis reconnaissant pour la paix de Dieu dans ma vie. Ainsi que pour me connaĂ®tre si bien qu’Il connaĂ®t mĂŞme le nombre exact de brins sur ma tĂŞte.

C’est pourquoi je peux sourire presque tous les jours et ĂŞtre si libre de ma perte de cheveux. J’ai peut-ĂŞtre perdu plus de la moitiĂ© de mes mèches de cheveux. Cependant j’ai sans aucun doute gagnĂ© de bien d’autres façons. Si la perte de cheveux fait partie du grand plan de Dieu pour ma vie … Alors qui suis-je pour me remettre en question ?

L’acceptation de sa perte de cheveux un parcours long et difficile mais peut ĂŞtre positif si on le veut !

Si vous lisez ceci et que vous ĂŞtes vous-mĂŞme en train de perdre vos cheveux, sachez ceci … Mon parcours n’a pas toujours Ă©tĂ© facile et comme mentionnĂ© ci-dessus, il m’a fallu un certain temps pour en arriver lĂ .

On me demande souvent sur ma page Instagram : « Qu’est-ce qui t’as rendu courageuse face à ta perte de cheveux ?» La réponse est le TEMPS. Je pense que vous conviendrez que nous vivons dans une culture à un rythme endiablé et que nous voulons tout MAINTENANT.

Dans le monde rĂ©el, cela ne s’applique pas Ă  tout. Votre esprit peut dire Ă  votre cĹ“ur de bouger et qu’il ne s’agit que de cheveux … Mais si votre cĹ“ur et votre esprit ne sont pas Ă  la mĂŞme page, c’est une bataille incessante perdue d’avance.

La vérité est que certains jours, vous pouvez vous sentir libre et d’autres peuvent être confrontés à tant d’émotions, c’est normal. Vos objectifs sont les vôtres et le moment où ces objectifs doivent être atteints cela dépend vraiment de vous.

Cela doit ĂŞtre fait Ă  votre rythme. Ne dites jamais « jamais ». Je ne peux pas vous dire combien de fois j’ai dit « jamais je ne le ferais _____ ou je ne pourrais jamais _____» lors de mon parcours. Et j’ai reniĂ© mes propres mots, avec plaisir. La fixation d’objectifs est une Ă©tape considĂ©rable en soi, car vous prĂ©parez le terrain pour ce qui est Ă  venir. Soyez gentille avec vous-mĂŞme pendant votre parcours. Faites de petits pas. Avancez lentement mais surement. Mais surtout ne renoncez jamais Ă  vivre une vie Ă©panouie Ă  cause de la perte de cheveux.

Surmonter ma perte de cheveux m’a donnĂ© la force d’affronter un autre challenge : perdre du poids !

Avant de terminer, je voulais Ă©galement partager une autre difficultĂ© que j’ai du affronter. Comment le fait de faire face Ă  la perte de cheveux et mon attitude face Ă  cette Ă©preuve ont Ă©galement pu contribuer positivement dans d’autres domaines de ma vie tels que la perte de poids.

J’ai mentionnĂ© qu’il y avait d’autres facteurs contribuant Ă  ma perte de cheveux. En effet j’ai Ă©tĂ© diagnostiquĂ©e SOPK (syndrome des ovaires polykystiques). Malheureusement cela m’a amenĂ© Ă  prendre du poids. Je me suis retrouvĂ©e il y a quelques mois Ă  avoir une prise de poids importante. Peu importe mes efforts, je ne pouvais pas perdre de poids.

Gagner un combat dans le passĂ© paraissait ĂŞtre un jeu d’enfant, puis c’est devenu si difficile. Après avoir acceptĂ© la perte de mes cheveux, mon plus grand dĂ©fi a Ă©tĂ© mon poids. C’Ă©tait devenu tellement incontrĂ´lable que je sentais que je ne pouvais littĂ©ralement plus contrĂ´ler ma santĂ©.

Je me suis sentie juste effrayĂ©e de mesurer 1,70 m et d’avoir atteint Ă  peu près 87 kg au plus lourd que j’ai jamais Ă©tĂ©, mĂŞme Ă  neuf mois de grossesse. Pour ĂŞtre honnĂŞte, je suis tombĂ©e dans une lĂ©gère dĂ©pression et je me suis sentie vaincue. Tout comme j’Ă©tais prisonnière de ma perte de cheveux, j’ai eu le mĂŞme sentiment avec ma santĂ© et mon poids. J’Ă©tais fatiguĂ©e d’ĂŞtre fatiguĂ©e et malade, tout comme je l’ai Ă©tĂ© Ă  propos de ma perte de cheveux.

Si j’ai pu affronter la perte de mes cheveux je pourrais aussi affronter ma prise de poids !

Vous savez lorsque vous pensez beaucoup la nuit en étant couchée dans votre lit? Je fais cela souvent et je me suis rendue compte que, tout comme je ne me définit pas par mes cheveux, je ne suis pas censée vivre non plus une vie de défaites mais plutôt de victoires ! Tout ce que je pense pouvoir faire, je peux l’accomplir, grâce à la force de Dieu.

Donc, après m’ĂŞtre sentie la force d’essayer de perdre du poids Ă  nouveau, j’ai fait des recherches et j’ai dĂ©cidĂ© d’adapter mon rĂ©gime alimentaire. Ainsi j’ai adaptĂ© mon alimentation en rĂ©duisant les glucides et en minimisant mon apport en sucre, car la rĂ©sistance Ă  l’insuline est liĂ©e aux femmes atteintes de SOPK.

Faire un rĂ©gime pauvre en glucides m’a vraiment aidĂ©e Ă  perdre du poids, mais surtout Ă  me sentir mieux physiquement et mentalement. Je pense que cette partie de mon histoire est importante Ă  mentionner car mĂŞme si le traumatisme de la perte de cheveux n’est plus un problème pour moi aujourd’hui … Cela ne signifie pas que je n’ai pas pour autant que je n’ai pas d’autres insĂ©curitĂ©s que j’essaie de combattre. Dans la vie il y en aura toujours. La vie est une sorte de voyage qui implique beaucoup de travail et de dĂ©vouement pour voir le changement.

Mon objectif de perte de poids Ă©tait de perdre 18 kg. Aujourd’hui j’en ai dĂ©jĂ  perdu 17 ! Je suis si près de mon objectif ! Si vous ne voyez pas encore oĂą vous voulez ĂŞtre, que ce soit votre parcours de perte de cheveux, de perte de poids, _________ (insĂ©rez votre propre complexe). Continuez Ă  y croire et vous battre, car cela en vaut la peine !

Je crois aujourd’hui de tout cœur que je ne me définit PAS  par mes cheveux !

J’espère sincèrement que vous le croirez un jour Ă©galement !

Si vous avez pris le temps de lire mon témoignage, allez donc me faire un coucou sur Instagram @strandsandsparrows

J’ai Ă©galement une courte vidĂ©o sur YouTube sur mon parcours de perte de cheveux, si cela vous intĂ©resse.

Avec tout mon amour,

Kayla

Partager l'article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Chloé Simone
Fondatrice

Atteinte d’alopĂ©cie androgĂ©nĂ©tique depuis plus de 10 ans, j’ai crĂ©Ă© ce site afin de venir en aide aux femmes qui cherchent des solutions Ă  ce mal pour avancer en restant fĂ©minine !

Créatrice du webzine féminin Chloe Fashion Lifestyle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »
Gardons le lien
Des conseils, des témoignages et des interviews pour combattre ensemble l'alopécie androgénétique.