Ne pas anticiper son alopécie : Pourquoi est ce vraiment si important ?

look volumateur capillaire
Mon dernier shooting (en juin dernier) avec un volumateur … je me sens plus jolie

Depuis que j’ai écrit mon tout premier article sur l’alopécie sur mon site principal je reçois beaucoup de mails tous les jours. Je vous répond avec grand plaisir car si j’ai créé ce site c’est avant tout pour aider des femmes qui sont aussi atteintes d’alopécie comme moi. La plupart sont très inquiètes sur un sujet particulier : anticiper son alopécie !

J’ai souvent les mêmes questions et les mêmes inquiétudes, ce qui est assez logique bien sur. Je vous répond au cas par cas mais je me suis dite que certains points particuliers méritaient plus de réflexion. C’est ainsi que j’écris mes articles, pour répondre au mieux à vos demandes selon leur priorité. C’est la majorité de ces mails qui m’a poussée à écrire cet article qui me semble nécessaire.

Situons dans un premier temps le contexte de cette pathologie (je n’aime pas dire maladie car cela ne dégrade pas notre santé). L’alopécie androgénétique est la perte de cheveux chez la femme. Cela altère donc l’apparence physique de la personne qui est touchée. En tant que femme cela est très difficile car la chevelure représente une partie importante de la féminité. En conséquent cela engendre également des conséquences psychologiques importantes pour la personne atteinte.

Je m’attarderai un peu plus sur ce dernier point car c’est finalement peut être le plus important pour nous. L’alopécie nous fait perdre confiance en nous. On a l’impression qu’on nous vole notre beauté, notre jeunesse, notre insouciance … On se sent mal dans sa peau et on doute sérieusement de son pouvoir de séduction. Je dis “on” car j’ai bien sur ressenti tout cela et cela me hante encore parfois bien sur !

Dans cet article je m’attarderai sur ce qui est sûrement la toute première étape de l’alopécie à savoir : anticiper son alopécie. C’est un piège dans lequel nous tombons toutes et pourtant c’est celui qui nous fait le plus souffrir ! Nous pouvons l’éviter et pour une fois c’est une chose sur laquelle nous ne sommes pas impuissantes dans cette fichue pathologie ! Pour cela je vais d’abord vous exposer le contexte (cela va être assez long du coup mais cela me parait indispensable)

Inscrivez vous au premier atelier en ligne :

Discuter son alopécie où que vous soyez ! (gratuit bien sur)

L’alopécie androgénétique ressentie comme “une tare” tellement isolée et surtout injuste !

Nous nous sentons alors impuissantes devant cette pathologie incurable car malheureusement à l’heure actuelle on ne guérit pas l’alopécie androgénétique. Cela viendra peut être (je l’espère pour les générations futures) mais pour le moment malheureusement ce n’est pas le cas.

Ainsi on ressent un vraiment un sentiment d’injustice :

  • Pourquoi cela nous arrive il à nous ?
  • Pourquoi ne pouvons nous pas être “normale” comme toutes les autres femmes avec des cheveux sur la tête ça parait pourtant si simple.
  • De plus comme la pathologie est rare (bien qu’elle touche 25% des femmes tout de même) on a l’impression d’être la seule touchée ce qui accentue notre mal être.
  • Combien de fois j’ai regardé des femmes aux chevelures denses en me demandant pourquoi … Pourquoi étaient elles si chanceuses ?
  • J’ai même parfois pensé que je préférerais avoir une autre “tare” (c’est comme cela que j’appelle ma perte de cheveux parfois). Je me disais si j’avais été grosse par exemple j’aurais pu me mettre au régime, si je n’avais pas eu de poitrine, j’aurais pu me faire opérer … Seulement contre l’alopécie il n’y a aucun remède et on ne choisit pas non plus nos défauts (ça serait trop simple)

 

anticiper son alopécie
Les autres femmes semblent tellement chanceuses d’avoir tant de cheveux alors que pour elles c’est tout à fait normal …

L’alopécie androgénétique mène pyschologiquement à la dévalorisation de soi même !

Toutes ces phrases je me les suis dites 100 fois si ce n’est plus et c’est tout naturel. C’est évident. En plus de cela est venu la dévalorisation de moi même. Je pensais sans cesse à ce que j’avais perdu.

  • Féminité disparue = je n’étais plus une vraie femme sans mes cheveux
  • Pouvoir de séduction réduit à néant = je ne pourrais plus jamais plaire à un homme
  • Confiance en soi très diminuée  = jamais plus je me sentirais féminine et encore moins jolie

 

Il est tout à fait normal de ressentir ce genre de choses bien qu’elles soient en fin de compte fausses et représentant en fait une image que nous avons qui n’est pas la réalité. Si il est normal de ressentir ces choses nous pouvons toutefois lutter contre afin de récupérer ce qu’on nous a volé. Nos cheveux ne nous représentent pas. Ils ne sont qu’une infime partie de notre représentation physique.

De plus la bonne nouvelle est que nous avons à notre disposition des moyens pour récupérer cette chevelure perdue (volumateurs, perruques, extensions). Ainsi j’ai été en capacité de reprendre les shootings photo comme en témoigne mon dernier look (shooté en juin dernier) où très sincèrement je me trouve jolie. Je porte pourtant un volumateur … Si je le peux vous le pouvez aussi …

anticiper son alopécie
Apprendre à aimer l’image que le miroir nous renvoie est loin d’être une chose aisée mais indispensable pour s’aimer …

 

Anticiper son alopécie : On en est toutes à différentes stades de l’alopécie !

Le principal quand on est atteint d’alopécie androgénétique est d’arriver à faire le deuil de ses cheveux biologiques (c’est à dire vos propres cheveux en opposition aux perruques / extensions). Une fois que cela est acquis on se sent véritablement soulagées d’un poids si lourd ! Cependant on arrive à cette étape au bout d’un long processus et plus ou moins à la fin de la perte de cheveux, lorsqu’il ne nous reste plus grand chose sur la tête (voir rien du tout dans le cas d’une pelade). Je reviendrai sur ce processus dans un prochain article car il est très important, mais aujourd’hui je tiens à parler de la toute première phase lors de la découverte de l’alopécie : l’anticipation ! C’est le plus gros piège de l’alopécie dans lequel il ne faut surtout pas tomber !

anticiper son alopécieC’est un fait 95% des femmes qui me contactent en sont au début de leur perte de cheveux et en conséquent celle ci est très peu visible voir totalement invisible. Pourtant ce sont indubitablement les femmes les plus angoissées et déprimées qui me contactent …

Elles ont l’impression que le ciel leur est tombé sur la tête (on peut les comprendre c’est sur) et que leur vie ne sera plus jamais la même, qu’elle sera foutue à jamais. Bien évidemment c’est un choc assez dur à encaisser, il faut donc le temps de le digérer c’est incontestable.

Je vais être franche au départ je ne comprenais pas pourquoi ces femmes étaient si malheureuses alors qu’on ne voyait pas du tout leur perte de cheveux. Sincèrement j’étais même jalouse de leur chevelure. Il est vrai que même avant ma perte de cheveux je n’ai jamais été gâtée par la nature coté capillaire … alors peut être avais je moins à perdre ? Il n’empêche que je me serais largement contentée du peu de cheveux que j’avais avant sans jamais me plaindre. Ainsi forcément quand ces femmes m’envoyaient des photos de leurs cheveux si magnifiques j’étais dans l’incompréhension la plus totale. Comment ne pas se dire : “Si elle est malheureuse d’avoir de tels cheveux alors que devrais je dire ? Elle doit penser que je ressemble à un monstre moi !” J’étais totallement décontenancée. Je ne savais pas quoi leur répondre, la situation me paraissait absurde.

J’espère que ce paragraphe ne choquera pas mais il était important pour moi de vous exposer mon propre ressenti et ma situation personnelle. On m’a toujours appris à me mettre dans les chaussures de mon interlocuteur afin de ne pas le choquer … En effet on est tous plus ou moins chanceux en fonction des situations. Par exemple vous avez certainement des amis moins fortunés, un moins bel appart, plus grosse, plus maigre … En conséquent il faut toujours prendre soin de s’adapter à la personne en face et de ne surtout pas se plaindre à une personne moins lotie que nous dans le domaine en question. ça parait basique en soit mais ça ne l’est pas pour tout le monde … Pensez juste que dans ces cas là vous pourriez faire beaucoup de peine à cette personne donc réfléchissez y à deux fois …

Voir cette publication sur Instagram

 

#challengeaccepted #womensupportingwomen Cette photo a été prise j’avais 16 ans (déjà 21 ans 🙄) ce fut le début de ma passion pour la mode … Depuis l’ #alopecieandrogenetique (photo 2) est passée par là & puis le volumateur est arrivé (photo 3) Je tiens aujourd’hui à soutenir toutes les femmes qui entreprennent en général et les femmes atteintes d’ #alopecie #pertedecheveuxfemme en particulier #alopeciawarrior forever 💪🏻 Je nomine @newmermaidhairs qui est ma BFF d’alopécie 😉 @haironfleek.s pour sa gentillesse légendaire 😊 hâte de vous voir toutes les 2 !!! 😃 @lucile_patrickales qui m’a coiffée au début de ma perte de cheveux 💇🏼‍♀️ @hairglamparis qui m’a redonné des cheveux de sirène 👩🏼🧜🏻‍♀️ merci à vous toutes les filles de tout cœur ! Chacune à votre manière vous avez influé sur ma vie avec votre cœur et votre générosité !

Une publication partagée par Chloé Simone (@chloesimoneparis) le

Anticiper son alopécie : Le piège à éviter à tout prix (dans lequel je suis tombée moi aussi malgré moi)

En ce qui me concerne j’ai découvert mon alopécie brutalement en perdant la moitié de mes cheveux à 26 ans. En réalité je les perdais depuis mes 20 ans mais sans m’en rendre compte … Encore une fois je savais que je n’étais pas bien lotie coté cheveux, je m’étais faite une raison alors je n’auscultais pas particulièrement mes cheveux.

look cheveux filasses perte de cheveux
Cheveux filasses : Je portais pourtant des extensions à clips (juste pour la photo car elles se voyaient de derrière)

Tant que cela ne choquait personne et que je pouvais encore feinter un “semblant de masse” ça m’allait bien aucun souci … Je vous ai d’ailleurs déjà raconté dans un article détaillé toute l’histoire de mes cheveux sur plus de 30 ans … J’avais mêmes des ruses …

Quoi qu’il en soit c’est à 26 ans que j’ai commencé à m’inquiéter et à ce moment là cela commençait à se voir mes cheveux étaient bien réduits et filasses…

Là c’était devenu une obsession je ne pensais qu’à ça tout le temps. J’en parlais à tout le monde ! Je faisais bien sur des recherches sur internet mais à l’époque il n’y avait rien. Ainsi j’étais de plus en plus désespérée.

J’ai bien entendu essayé de multiples traitements (pour plus de 1500€ quand même). Personne n’était là à l’époque pour me dire que rien ne marcherait ! Peut être n’aurais je pas voulu l’entendre non plus … Vous ressentez peut être cela et c’est bien normal …

A cette époque je refusais de me regarder dans la glace. Si cela m’arrivait je regardais ma maigre chevelure et je pleurais … Je me trouvais si laide. Ma situation personnelle était à coté très difficile ce qui n’a naturellement rien arrangé. J’ai commencé à me négliger. Je pensais qu’il était peu utile de décorer quelque chose de laid (bien m’habiller alors que je n’étais plus jolie). Oui mes propos étaient très violent c’est le moins qu’on puisse dire …

Pourtant mon entourage me disait que ce n’était pas si horrible … mais je pleurais et je pensais qu’il n’y avait aucune issue possible … jusqu’à ce que je découvre une personne me posant des extensions me rendant ma féminité ! C’était incroyable et ce fût mon déclic ! Depuis non seulement j’ai appris de nouveau à aimer mon apparence. Ce n’est pas si évident, j’ai oublié dans un premier temps que j’avais de nouveau des cheveux et je fuyais même toujours toutes les photos. Eh oui les habitudes ont la peau dure … Aujourd’hui j’arrive même à m’assumer sans extensions ni volumateurs comme je vous l’expliquais précédemment.

Rien ne sert d’anticiper son alopécie car l’issue est inévitable !

Comme vous avez pu le comprendre j’ai moi aussi anticipé ma chute de cheveux. Je peux affirmer aujourd’hui que la période où je pleurais le plus a incontestablement été au début. On a peur de l’avenir. C’est naturel. Cependant c’est inutile de se torturer car de toute façon cela ne changera rien. Personnellement j’ai attendu que cela se voit déjà pour pleurer mais cela ne change pas grand chose, j’aurais du profiter de mes cheveux alors qu’ils avaient encore une “allure acceptable”.

Je vais donner un exemple selon moi aussi éloquent et volontairement extrême. Imaginez qu’on puisse prédire le jour de notre mort avec exactitude sans marge d’erreur. Alors on vous annoncerais que vous allez mourir dans 5 ans et que cette échéance est inévitable.

Allez vous vivre le temps qui vous reste dans la crainte de cette mort en vous angoissant sans cesse et cherchant en vain une façon d’éviter le problème ou bien allez vous simplement profiter de la vie ?

Il serait bien plus judicieux (et sain) de faire toutes les choses que vous avez toujours eu envie de faire, savourer chaque instant pendant que vous êtes encore en vie ! Ainsi ces 5 années ne seront que du bonheur.

 

C’est exactement la même chose pour l’alopécie androgénétique. Il ne sert à rien de s’angoisser car l’issue est inévitable. Alors si votre chevelure est encore jolie profitez en tant que vous le pouvez ! Ne pensez pas au pire à venir car cela ne changera rien. Profitez du présent et de la chance que vous avez encore d’avoir de beaux cheveux.

Anticiper son alopécie : Mes 10 conseils pour se sentir mieux en étant plus sereine !

Ainsi si vous en êtes vous même au premier stade de l’alopécie voici mes conseils pour que cela se passe mieux pour vous et que vous arriviez à gérer la pathologie le mieux possible :

  1. Commencez par consulter pour identifier votre alopécie !
    • Allez au Centre Sabouraud à l’hôpital Saint Louis. En effet c’est le seul centre actuellement qui est capable de vous donner un diagnostic sur votre alopécie.
    • Ils sont très peu sympathiques soyez donc préparée !
    • En effet il y a beaucoup de sortes d’alopécie comme l’effluvium ou autre … Certaines sont facilement réversibles. Ainsi autant savoir afin de ne pas penser tout de suite à l’alopécie androgénétique si votre chute est bénigne. Ainsi vous aurez un traitement & vous pourrez guérir.
  2. Si vous êtes obligée de soulever vos cheveux ou tirer dessus pour qu’on puisse voir votre alopécie alors elle n’est pas encore visible. Dans ce cas profitez de vos cheveux ils sont beaux !
  3. Si votre alopécie est diffuse et que vous avez encore du volume au dessus de la tête mais des longueurs éparses et filasses alors pensez aux extensions vous aurez de nouveau une chevelure normale !
  4. Réduisez votre stress au maximum : Le stress accentue fortement la chute de cheveux. Si telle est votre nature ce n’est pas évident (c’est aussi mon cas). Dans ce cas faites du yoga ou de la méditation pour réduire votre stress.
  5. Ne comptez surtout pas les cheveux que vous perdez !
    • Non seulement c’est impossible d’être exhaustif : Vous en perdez toute la journée sans même le savoir ou le voir. Personnellement j’en avais peu donc je n’ai jamais perdu de touffes de cheveux cela ne m’a pas empêcher d’arriver à un stade avancé de l’alopécie. Je retrouvais juste des boules de cheveux sur mes fringues après les avoir passé au sèche linge mais pas grand chose sur ma brosse …
    • Chaque femme est différente donc A contrario avec une chevelure dense (sans aucun problème d’alopécie)une femme en perdait énormément tous les jours (au désespoir de son copain qui devait sans cesse faire le ménage comme si ils avaient un chien) mais ses cheveux étaient toujours beaux ! Cela n’est donc en aucun cas un signe aggravant nous avons toute un cycle et une base différents !
    • En plus de cela ne signifie rien ! Que cela vous apportera il de savoir que vous en avez perdu 152 aujourd’hui et hier 132 ? Rien du tout ! Cela ne veut rien dire et cela ne changera rien à votre vie.
    • La démarche en elle même est aliénante ! Vous allez devenir obsédée par votre problème au point d’en faire l’élément principal de votre vie ! Vous allez devenir folle ce n’est pas le but !
  6. Ne passez pas trop de temps sur les groupes facebook dédiées à l’alopécie (si cela vous angoisse) :
    • Je ne dis pas de ne jamais y aller mais juste de limiter son temps dessus : Ne devenez surtout pas votre problème ! Il ne faut pas que la majorité de votre temps soit consacré à l’alopécie afin que la pathologie ne prenne pas le dessus sur votre vie. Même moi qui essaye d’aider des femmes à travers ce site cela n’est pas le cas et je pense que c’est important. Je ne suis pas “la fille qui perd ses cheveux”. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai gardé mes réseaux sociaux communs pour tous différents sites. Je veux montrer que je ne me limite pas à l’alopécie ! J’adore la mode, la cuisine, les voyages … et vous ?
    • Cela peut aider car des femmes peuvent vous donner des astuces bien sur. Si vous avez un souci précis (dermatite séborrhéique par exemple) cela peut être très utile pour le résoudre.
    • En revanche vous y verrez beaucoup de femmes déprimées par le problème (on peut les comprendre). Ainsi cela risque peut être de vous tirer vers le bas et vous rappeler votre problème en renforçant vos angoisses au lieu de les apaiser. Je pense qu’il faut toujours essayer de regarder le positif au lieu de se concentrer sur le négatif. Personnellement cela m’a souvent plombé le moral mais le ressenti de chacune est différent. Fiez vous à votre instinct, si vous constatez que cela vous aide foncez sinon reculer un peu. Il est indispensable de s’écouter et de prendre en compte l’évolution de son humeur.
    • Après chaque femme ressent les choses différemment, si cela vous fait du bien de parler, allez y mais si vous déprimez plus après y avoir été posez vous les bonnes questions ! Le plus important est de préserver votre santé au mental au maximum c’est vital ! Personnellement j’ai besoin de positif et je préfère ne pas parler du négatif mais plutôt essayer de chasser les idées noires de ma tête …
    • Comparer son alopécie avec une autre femme est assez malsain. Nous en sommes toutes à différents stades. Se dire qu’on est plus ou moins chanceuse qu’une autre ne nous apporte rien.
  7. Vous n’allez pas devenir chauve si vous êtes atteinte d’alopécie ! En effet cela n’arrive jamais contrairement à la pelade. Alors dites vous que vous avez de la chance, cela pourrait être bien pire !
  8. Si vous êtes atteinte d’alopécie adulte : Dites vous que vous avez de la chance car vous avez pu vivre toute votre jeunesse avec des cheveux normaux. De plus aujourd’hui vous avez la maturité nécessaire pour aborder le problème plus sereinement sans paniquer.
  9. Ne pas regarder ses cheveux dans le miroir sans cesse et éviter de les toucher. Personnellement je me coiffe le matin et basta. Avant je les touchais en permanence (c’était même devenu un sérieux toc pendant de nombreuses années). Aujourd’hui je les attaches pour éviter cela. Je fais soit une queue de cheval soit une natte. Ainsi je n’y penses plus de la journée.
  10. Ne vous contorsionnez pas pour regarder le dessus de votre tête !
    • J’ai pris des photos du dessus de mon crane uniquement parce que des personnes de ma communauté me l’ont demandé ! En effet elles souhaitaient voir l’ampleur de mon alopécie.
    • Du coup j’ai été effrayée de voir à quel point j’étais dégarnie ! Or je ne l’aurais jamais vu sans ça !
    • A moins que vous soyez face à une personne de 2m qui se penche pour regarder sur le dessus de votre tête personne ne le voit non plus ! En effet les gens ont tendance à vous regarder de face … (ou bien certains hommes encore un peu plus bas si la nature a été généreuse avec vous 😉 c’est une bonne diversion du coup)

Vous l’aurez compris ANTICIPER SON ALOPECIE ne sert à rien si ce n’est vous rendre malheureuse !

Anticiper son alopécie accentue juste le problème !

Bien entendu tout n’est pas rose, lorsque je n’ai pas le moral, la déprime de l’alopécie peut reprendre facilement le dessus. Alors de nouveau je me dévalorise car il est si facile de voir le verre à moitié vide … J’ai cependant compris qu’anticiper son alopécie est inutile … Ok en ce qui me concerne il n’y a plus grand chose à anticiper mais je me dis tout de même que je pourrais toujours être plus malchanceuse car après tout certaines ont une pelade donc plus de cheveux du tout … Il y a aussi des mamans de jeunes filles de 15 ans qui me contactent. Je me dis alors que j’ai tout de même de la chance car j’ai pu avoir une enfance avec des cheveux normaux.

De plus étonnement ce sont des problèmes lourds à coté de l’alopécie qui m’ont apprise à relativiser. Je me suis dite qu’à coté mon alopécie était moindre.

Il faut aussi considérer d’autres personnes dont l’alopécie est un effet secondaire comme les femmes atteintes de cancer… Je ne suis pas en train de minimiser le problème cela n’a rien à voir ! Il est toutefois toujours utile de se situer au delà de sa situation personnelle.

De plus lorsqu’on a de gros problèmes on n’a pas trop le choix soit on sombre soit on relève la tête et on avance malgré tout. Pour l’alopécie c’est la même chose … Qu’allez vous faire ? Laisser l’alopécie gagner et pourrir votre vie ou être plus forte qu’elle ?

Personnellement c’est le fait d’avoir créé ce site et d’aider des femmes qui m’a donné de la force. Tout d’un coup ce qui apparaissait comme une faiblesse est devenue ma force. Grâce à celle que je surnomme “ma tare” (à savoir ma chère alopécie) j’ai gagné le pouvoir d’aider des femmes. C’est tellement gratifiant pour moi cela me fait beaucoup de bien vraiment.

Il n’appartient qu’à vous de transformer cette épreuve difficile de votre vie afin qu’elle devienne votre force. Cela peut paraitre de belles paroles mais dans les faits cela se vérifie tellement ! Si je l’ai fait c’est aussi à votre portée ! C’est aussi pour cette raison que j’invite toutes les femmes de cette communauté à se soutenir les unes, les autres, se donner des conseils, se tirer vers le haut pour être des femmes fortes !

Partager l'article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Chloé Simone
Fondatrice

Atteinte d’alopécie androgénétique depuis plus de 10 ans, j’ai créé ce site afin de venir en aide aux femmes qui cherchent des solutions à ce mal pour avancer en restant féminine !

Créatrice du webzine féminin Chloe Fashion Lifestyle

6 réponses

  1. Bonjour
    l’AAG se détecte bien en faisant un bilan sanguin hormonal ?
    je suis un peu perdue dans tous les genres d’alopécies.
    merci

    1. Hello Anaïs,

      Alors pas nécessairement en fait. C’est là toute la complexité de l’AAG (surement également une des raisons pour lesquelles on ne peut pas la soigner). Il y a des tas de femmes qui ont un bilan sanguin hormonal parfait mais une AAG prononcée pour autant.
      Personnellement c’est le trichogramme qui a révélé sans équivoque mon AAG (en plus de la perte de cheveux plus que significative bien sur)
      Je sais que cela peut être frustrant évidemment car finalement on a l’impression d’avancer dans le flou où les médecins et dermatologues eux mêmes ne savent pas grand chose sur la pathologie …

      Désolé de ne pas avoir pu te donner plus de pistes sur ce sujet mais malheureusement il n’y en a pas vraiment sur ce point …
      Des recherches sont tout de même faites en ce sens donc ils finiront bien par trouver tout d’abord la cause de l’AAG et nous l’espérons à ce moment là la cure pour soigner l’AAG.

      Courage à toi !
      A bientôt !

  2. Bonjour,
    Je fais une pelade mais je perds aussi mes cheveux sur toute la tête ( en dehors des plaques). Pensez vous que ça peut être aussi AAG? Ça fais un mois et la perte est énorme. Ma laver les cheveux deviens un calvaire…. je pleure après pdt des heures!
    J ai 3 trois dans la tête et tout le reste est amincie. Je pense que j ai perdu la
    Moitié de ma masse capillaire.
    Pouvez vous me donner votre avis?
    Je prend des corticoïdes à mettre en gel sur les plaques.
    Des avis? Je suis preneuses
    Merci à vous de m avoir lu.
    Belle soirée
    Eugénie

    1. Bonjour Eugénie,

      Je ne suis pas moi même médecin et je ne connais pas votre cas personnel donc il m’est impossible de déterminer si vous avez une AAG ou pas.
      En revanche j’ai établit un parcours à suivre en cas de perte de cheveux avec notamment toutes les étapes à suivre en matière de parcours médical : https://alopecieandrogenetique.com/parcours
      J’espère que cela vous aidera …
      N’oubliez pas qu’il y a plein de type d’alopécie différentes et certaines sont tout à fait réversibles donc ne paniquez pas, faites bien toutes les étapes et vous saurez alors de quelle sorte d’alopécie vous êtes atteinte.
      Si je peux vous donner mon avis personnel (qui n’a donc aucune valeur médicale) : J’ai pu constaté que les pelades sont parfois réversibles notamment celles qui sont dues à un choc psychologique. Ne perdez pas espoir !

      Bon courage à vous !
      A bientôt !

  3. Coucou 🙂
    Merci pour tes articles :). Je fais un peu tout le contraire des 10 conseils ! Je me dis que stresser induit en un cercle viscieux ..mais bon des fois on ne peut pas s en empêcher… par contre je me dis peut-être qu’anticiper l’AAG (agir au début) peut être bénéfique dans certains cas. Le minoxidil va mieux agir si ton cheveu n’est pas encore mort (en prolongeant un peu sa vie ) (enfin c’est ce que j’ai compris ). Les compléments capillaires sont très onéreux. J’ai essayé d’en acheter un en ligne manque de bol cela ne correspondait pas à ma couleur (vu la disparité qui existe entre les prix en salon et les prix sur le commerce en ligne, on est vite tenté d’acheter en ligne).. Je trouve aussi qu’en été, tu as quand même chaud, je l’ai mis pour 10 minutes et je sentais le poids… après c’est une question d’habitude j’imagine… ajoutons à ça que pour le moment je ne trouve pas des volumateurs pour peaux mates ni pour cheveux frisés :(.. bref tout ça pour dire que peut être traiter dès le début pourrait permettre de postponer le recours aux compléments capillaires..
    Merci encore pour votre partage d’experience

    1. Hello Sofia,

      En fait il convient de savoir ce dont on est atteint au tout départ. Si ce n’est pas l’alopécie androgénétique il faut bien sur agir le plus tôt possible. En cas d’AAG en revanche c’est un peu vain …

      Je pense que tu connais le principe du minoxidil. Cela permet la repousse de micro cheveux en effet mais cela ne marche pas pour toutes non plus et surtout c’est un traitement qui commence par un fort sheeding puis à prendre à vie sous peine de perdre tous les effets. Il faut donc bien peser le pour et le contre avant de commencer. J’ai décidé personnellement de ne pas rentrer dans cet engrenage mais je respecte bien entendu la décision de chacune.

      Pour les compléments capillaires je sais que c’est très onéreux. Je vous conseille effectivement de vous orienter en ligne où les prix sont plus corrects. Après orientez vous davantage vers un site français, n’hésitez pas à poser des questions aux personnes qui le tiennent qui en général ont l’habitude et sont de bonnes conseillères pour la couleur.
      Sachez que si le volumateur est trop clair vous pouvez tout à fait le foncer ! (l’inverse n’est par contre pas recommandé)
      Par contre en effet cela tient chaud l’été, il faut s’habituer aussi. Il existe cependant différentes type de caps. Certaines à base de tulle sont plus légères à porter pour l’été c’est bien plus confortable !

      Je vais essayer de publier prochainement un guide des volumateurs car il est vrai qu’il est parfois difficile de s’y retrouver !

      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »
Gardons le lien
Des conseils, des témoignages et des interviews pour combattre ensemble l'alopécie androgénétique.